• Etoiles filantes - Les cowboys fringuants

    No comment. Pelleter des nuages. C'est physique, un nuage finit toujours par se dissoudre, il finit toujours par pleuvoir. Mais un parapluie finit toujours par se fermer. Le tout c'est de pas se coincer les doigts, de pas rester dessus (sourire narquois de mamz'elle Cléclé), d'en ouvrir un autre ou de s'habiller en toile cirée (ça glisse...). Retrouver le plaisir d'une soirée posée, en musique et sous des couettes, entassés sur un canapé à boire de la grenadine "c'est le verre de l'amitié, faut que tu boives". C'est acheter des croissants et des éponges à l'aube. et de rentrer dans une maison glacée Et c'est se retrouver perdue sur son ordinateur avec 4h de sommeil derrière soi, et se dire que le meilleur reste à venir.


    " C'est qu'avec toi [(vous)] je suis bien
    Et qu'j'ai pu l'goût d'm'en faire
    Parce que tsé voir trop loin
    C'pas mieux qu'd'regarder en arrière

    Malgré les vieilles amertumes
    Et les amours qui passent
    Les chums qu'on perd dans brume
    Et les idéaux qui se cassent
    La vie s'accroche et renaît
    Comme les printemps reviennent
    Dans une bouffée d'air frais
    Qui apaise les coeurs en peine
    Ça fait que si à soir t'as envie de rester
    Avec moi la nuit est douce on peut marcher
    Et même si on sait ben que tout dure rien qu'un temps
    J'aimerais çà que tu sois pour un moment
    Mon étoile filante


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :