• J'ai vingt et un ans, une trés grande famille et une mère qui devient ouf quand il s'agit de faire à manger. Résultat, ça sent le pain, les crevettes, les oeufs brouillés, la viande, le gateau, le fromage, le jambon, les bonbons et plein d'autres trucs (si si tout ça en même temps, ça se voit que t'es jamais venu manger chez moi). Résultat je viens de passer plus d'une heure à couper du canard
     

    " hé, c'est facile à élever un canard ? non hein moins qu'une poule. Ouais c'est ça les poules et les lapins c'est mieux"

    Après je me suis mise en grève. Ca va faut pas déconner non plus, j'ai des milliards de trucs à faire moi madame. Par exemple, je dois ranger ma chambre, mettre des tables partout, compter les chaises, installer les bonbons (étape primordiale)

    Il sera toujours tant de répondre plus tard aux nombreuses questions existencielles qui fusent en ce moment. Qu'est ce qu'on va faire de notre vie ? Oui bon, attendre n'est pas la solution ok... (mais c'est tentant quand même)


    votre commentaire

  • " Y a tant de façons, de manières
    De dire les choses sans parler


                                  Un sourire, une main tendue

           J'ai senti glisser le manteau
           De l'enfance

    On n'a rien gravé dans le marbre
    Mais j'avoue souvent y penser

    S'il savait le mal que j'ai eu
    A descendre

    D'ailleurs en suis-je descendu
    De tous ces jeux de transparence,

    J'ai trouvé d'autres choses à faire
    Et d'autres sourires à croiser

    A la vitesse où le temps passe
    Le miracle est que rien n'efface l'essentiel
    Tout s'envole en ombre légère
    Tout sauf ce goût de fièvre et de miel


    1 commentaire
  • J'aurai préféré pour toi juste inverser le cours des choses,
    J'aurais aimé, et toi? une main tendue, une rose.
    J'aurais aimé de toi la certitude d'un geste,
    simplement quand ca ne va pas, ne pas se fuir comme la peste

    Ils en étaient deboussolés,
    de voir que l'on tenait quand même,
    et nous les premiers étonnés,
    de récolter ce que l'on s'aime

    J'aurai préféré, ma foi, éviter nos sombre démence
    et maintes et maintes fois oublier partir en vacances,
    en vacances de toi, mais comme l'amitié nous rattrape,
    nous rattrape à chaque fois, autant tenir quand ça dérape.

    Il en étaient déboussolés
    de voir que l'on tenait quand même
    et nous les premiers étonnés
    de récolter ce que l'on s'aime.

    J'aurai bien voulu tu sais, tenir le cap sauver les murs,
    Courir sans m'arrêter, ne pas frissoner sous l'armure,
    J'aurais voulu tu sais la longue traversé tranquille,
    J'aurai même immaginer ne jamais atteindre une rive

    Ils en étaient déboussolés
    de voir que l'on tenait quand même
    et nous les premiers étonnés
    de récolter ce que l'on s'aime...

    J'aurai aimé tu sais, éviter nos fausses mesures,
    J'aurai même préféré, de nous, une lettre d'injures
    J'aurai voulu parfois oui, t'étrangler aux quatre vents,
    te serrer dans mes bras, ah ça je l'ai voulu souvent.

    Ils en étaient déboussolés
    de voir que l'on tenait quand même
    et nous les premiers étonnés
    de récolter ce que l'on s'aime.

    Ce que l'on sème...


    votre commentaire
  • Reviens-moi
    De tes voyages si loin
    Reviens-moi
    Tout s'ajoute à ma vie
    J'ai besoin de nos chemins qui se croisent
    Quand le temps nous rassemble
    Ensemble, tout est plus joli.

    ....

     

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA (oui c'est mon nouveau mantrat et alors ?)


    votre commentaire
  • Et retrouver le plaisir de griffoner, même pas peur des moqueries. Je m'éclate au centre, je sens la merguez et j'ai l'rimel qui fout l'camp (c'est l'dégel des amants jolie môme). Je compte les jours, et bientôt les heures.
    Je réécoute le parapluie avec un plaisir évident et je décide de pas me laisser atteindre.

    Comment ça je publie plus rien ? Je suis capable de te publier tout Goldman tellement je suis à fond dans mes chanson, ma télécommande en guise de micro. C'est ça où la chanson du petit lapin...dans la veine de Mamadou.

    Passer à la BNP, faire une lessive, penser à fermer la fenêtre de ma chambre.

    Demain à priori je vais visiter un aquarium, ou alors je cède. j'hésite encore. En tout cas tout va bien. C'est peut être une phase, une passade. Mais "voir trop loin c'est pas mieux que de regarder en arrière" [c'est un jeu, faut retrouver d'où ça vient]. Alors pour le moment je profite de mon sourire.

    Je sais pas comment on faisait avant, mais un quart d'heure de téléphone au moment du dortoir et quelques heures ce soir sur msn et me voilà de nouveau au milieu de ma tribu. J'ai mis quelques mots dans une enveloppe. Elle part demain. Pour les mots qui restent ils s'échappent par floppés entières. Pfiou pfiou pfiou ça s'envole.

    Il reste quatre jours tra la la la lère !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique